• Dico
  • Textes
  • Profils
  • Tout
×
+
×

Rercherchez aussi dans :

  • Anagrammes
  • Rimes
  • Phrases
  • Terminaison

Vous êtes complètement perdu(e) sur ce site ? Lisez ceci.

🏠 > Réseau lexico-social > Hypolaïs Polyglotte

Etat civil
Identité : Lulu DE LISLE

1. Qui est donc Hypolaïs Polyglotte ?

Je suis un oiseau de roselière ; j'ai un chant très particulier mais mon plumage est assez banal ...

1.1. A propos de "Hypolaïs Polyglotte"

  • Mon pseudo se prononce : [ipolaispoliglot]
  • Origine de mon pseudo : C'est tout simplement le nom d'un oiseau ; Hypolaïs sonne bien et j'aime le sens de "multilinguisme" de polyglotte

1.2. Biographie

N'a toujours pas trouvé son nid.

1.3. Profession

  • migrateur (deux fois par an)

1.4. Langues

  • l'oiseau (plutôt pas mal)

1.5. Centres d'intérêt

  • archéologie (c'est bien !)
  • ornithologie (c'est chouette !)
  • littérature (biensûr !)
  • linguistique
  • musique bretonne (pour danser toute la nuit !)
  • botanique (nique nique !)
  • cinéma (tchi tcha !)
  • escalade (jouissance du contact avec la roche)
  • tango (argentin)
  • écrire ((et rêver savoir écrire))
  • l'amour ((un seul centre d'intérêt à la fois))

2. Dictionnaire

2.1. Mes mots préférés

BINETTE parce que « "se casser la binette" et "faire de la binette dans le jardin" sont deux expressions sculptées dans mon coeur »
SALICOQUE parce que « c'est chouette à entendre ! »

2.2. Mes mots détestés

CANCER parce que « c'est vraiment pas jojo et qu'est-ce qu'on nous emmerde avec la grippe A!! »

2.3. Participations au dico

Commentaires de Hypolaïs Polyglotte sur le dictionnaire participatif
51 résultats
| Page
VEGANE Je me suis intéressée à ce mot après avoir rencontré, à plusieurs reprises, le slogan "Viva las vegans" taggé sur les murs des villes. Si je prends une photo, promis, je vous la fais partager ! amicalement votre HyPoPo007 ... 31/08/12
VOILE "Prendre le voile" se dit dans la religion chrétienne pour les femmes tellement pieuses qu'elles choisissent de devenir "sœurs", de devenir les épouses de Dieu. "Lever les voiles" signifie partir, décamper, en référence à la marine où, pour mettre en ... 14/04/12
LEVITE Un lévite est à l'origine dans la religion judaïque un "membre de la tribu de Lévi qui s'occupait du service au Temple". Par extension, lévite désigne un "prêtre, un clerc ou un séminariste". Dans Le Rouge et le noir de Stendhal, ce terme est fréquemment ... 28/07/10
REBARBATIF Du verbe en ancien français rebarber (XIIIe siècle) qui signifie "faire face à l'ennemi, résister" et "être rébarbatif, regimber" (Greimas, Larousse). Il vient lui-même du mot BARBE. Peut être qualifié de rébarbatif tout ce qui peut vous BARBER : une cho ... 28/07/10
STENTOR Quel petit bijou que ce mot stentor ! Il signifie, dans son sens le plus connu, "qui a une voix forte et puissante". Ce mot est une antonomase, ce qui signifie que Stentor était un nom propre [ndlr : du grec stenein "gémir", "mugir", source Wiki], à sav ... 28/07/10

2.4. Mots nouveaux

Hypolaïs Polyglotte a proposé 3 mots : VEGANISME, VEGANE, AGROFORESTERIE

3. Ecriture

3.1. Style d'écriture

avec les pattes

3.2. Auteur(e)s préféré(e)s

15 résultats
| Page
TARJEI VESAAS parce que « Norvégien : avez-vous lu le mystérieux "Palais de glace" ? » (le 28/09/2010)
LÉON TOLSTOÏ parce que « "Guerre et Paix", fresque qui vous accroche et vous colle des jours et des jours » (le 28/09/2010)
EMILE ZOLA parce que « comment l'oublier ? » (le 28/09/2010)
FERNANDO PESSOA parce que « superbe poésie hymne à la nature » (le 28/09/2010)
NICOLAS BOUVIER parce que « "L'usage du Monde" : chef-d'oeuvre poétique pour qui aime le monde et le voyage » (le 28/09/2010)
FRANCIS PONGE parce que « parce que louange aux petites choses inanimées » (le 28/09/2010)
STENDHAL parce que « Le Rouge et le noir, indémodable » (le 28/09/2010)

3.3. Textes de Hypolaïs Polyglotte

image
L'hirondelle, animal infidèle, n'a pas de patrie et vit son errance sans souci: elle n'emporte avec elle jamais ses papiers; des charters et des passeurs, elle ignore tout, jusqu'à l'angoisse aux tripes quand on échoue sur un côté de la Méditerranée
Âge d'or. Heureuse en son sein, la Lune vivait dans la Terre, ne formant qu'une communauté siamoise joyeuse, brouillonne et bouillonnante. La Lune, éternelle insatisfaite, contemplait pourtant, nez en l'air, le ciel vide et ses lointaines
image
Hier, j'ai fait ça sous l'ombrage pudique des arbres - c'était la première fois- dans le bruissement des feuilles, le soleil printanier, au grand jour des yeux curieux. Alors j'ai ouvert mon cœur et je me suis mise tout contre... Tout contre la
image
Tableau: drap rouge,coupe et le jaune d'un coing; Voyez-y ce couteau, simple rappel du cercueil Qui côtoie la verte dentelle d'un cerfeuil : Son éclat cache l'artiste dans un recoin.
image
Nous étions, mon compagnon de route et moi-même, en chemin pour l'auscultation de notre animal canin ; dans la salle d'attente, dans un rai de lumière, nous apparut une gente Dame coiffée d'une toque en fausse fourrure, la dent de devant un peu sortie
image
Faire des bulles dans le bleu ouaté et silencieux de l'eau courant léger qui te berce tu mesures ton impuissance visqueuse à ne jamais devenir requin qui danse à la peau de soie, douceur des caresses natatoires et ballet à la grâce
Il rêvait d'enlacer, tac! tac! tac! en tango, De beaux hidalgos nus à l'allure féline, De manger à leur peau, goût purée Mousseline ! Dansant avec Joc'lyne un triste fandango...
image
Du nacré de ton œil, je ferai naître une œuvre: Fragile rondeur qui, comme un œuf de couleuvre Couronné d'un saphir, est mon bijou humain, Dont la fleur, noir onyx, me fait aimer demain.
image
Un félin des plus grisâtres sommeillait comme un viel abbé à la messe, sur le coin pourpre d'un quelconque canapé; Si je puis me rappeler, la mous- tache était blanche, l'oeil couleur pissenlit et les rêves amazoniens; Il me tournait le
image
Un joli soir de fête où nous rentrions dans la nuit,nous traversâmes un sombre parc urbain criblé de nos rires euphoriques. Soudain, une présence étrange captive nos regards. Il est là, droit comme une potence, l'oeil hagard, écarquillé

Voir tous les textes de Hypolaïs Polyglotte

3.4. Ses 14 textes préférés

équilibre des comptes dévisagés, exaltation incomplète, libellule (les yeux ouverts), Mimétismes lumineux (Ma Touraine reine des abeilles et de quelques autres sujets), Dans l'attente, sapolinement, Clairière, Ma silhouette a la gentillesse de sortir sans moi., L'épaulette, Rêvivre, Vie amoureuse d'un dragon-marmotte, Les mousses, Couples de mois, En short dans les herbes humides

4. Sujets de forum

10 sujets
| Page
Posté le 10/09/2009 - 2 messages - 2 auteurs - Dernier message : le 11/09/2009 - Divers sujets
Pendant que j'y suis sur les différences intraculturelles, j'en ai une autre entre Tours et Lyon.Quand j'étais enfant et qu'on me
Posté le 10/09/2009 - 5 messages - 5 auteurs - Dernier message : le 14/09/2009 - Etymologie
L'autre jour, en soirée, on m'a regardé avec de gros yeux en me disant: "les magasins sont fermés le samedi". Je n'ai pas compris.c'est un Lyonnais
Posté le 30/08/2009 - 9 messages - 7 auteurs - Dernier message : le 17/09/2009 - Dictionnaire
l'autre jour, j'ai employé le verbe "iloyer", pour une personne qui parlait d'elle à la troisième personne (comme alain
image
Posté le 30/04/2012 - texteBook
Cher Textebook, Cher eXionnaire, Cher Webmaître, Cher... J'y viens, j'y viens, trêve de condescendance ! Je trouve que ça serait pas mal de
Posté le 14/04/2012 - Poésie
Chers tous, Je me demandais si ça n'était pas possible de proposer des textes classiques (surtout des poèmes puisque la forme courte est plus
Posté le 20/11/2011 - 2 messages - 2 auteurs - Dernier message : le 22/11/2011 - texteBook
Cher papa webmaster, c'est quoi les associations que vous nous faites entre nos textes et des "Textes connexes" en-dessous de nos publications?
Posté le 20/11/2011 - 4 messages - 3 auteurs - Dernier message : le 23/11/2011 - Bouts-rimés
Je vous propose de rimer un bout sur ces 4 rimes embrassées ! J'ai déjà fait le mien ce soir... Hypo Po

5. Phrases

4 résultats
argot : "Foutre le bazar, le bordel, "tout retourner" par l'agitation, le bruit; semer le trouble, faire éclater les conflits au sein d'un groupe." ex: "mettre le dawa dans une boîte de nuit, en classe" Je m'étonne que ce mot ne soit pas encore 
Cette phrase est bien connue de ceux qui pratiquent la botanique: elle permet de se souvenir des critères qui différencient deux arbres: le hêtre et le charme. En effet, le charme possède des feuilles dentelées ("à dents", homophonique d'Adam) tandis 
Pour mémoriser les suffixes savants devant lesquels il n'y a qu'un N, on retient cette phrase car les suffixes en question sont : -at -al -ie -ance -ien + les suffixes de "canon" : -ique -isme -iste -iser de canonique, canonisme, canoniste, 
ce tour figé était à l'origine "à celle fin que". Cette locution était condamnée par les grammairiens du XVIIe siècle en raison de l'usage archaïque de "celle" comme déterminant (qui était possible en ancien et moyen français). Elle a donc été 

6. Mon petit réseau

7. Articles

8. Livre d'or

leroidufrance
Posté par
le 29/10/2009

 Salut,
J'ai pas encore lu tes textes ou tes mots au dico (putain, t'es trop active pour moi). Je le ferai au fur et à mesure. J'ai un seul texte  (Slam - Slam au Caire).

bizzzzzzzzzzzzz

hakim
Posté par
le 09/01/2010
JE NEJENE SUIS PAS POETE
tes mots sont tres magnifiques
contenant des notEs de musique
ILS ATTIREENT L OREILLE
COMME FAIT LA ROSE A L ABEILLE
..........
Jean-Mi
Posté par
le 01/02/2010
Merci de ta visite (car on se tutoie, semble-t-il) et de ton poème "hirondelles" où j'ai retrouvé beaucoup de mes anciens élèves... J'aime, moi aussi, les oiseaux. Dès leur retour, je vais au petit jour rendre visite aux foulques, aux bernaches, aux grèbes... dont la présence nous apaise, l'étang des Noés et moi. Bravo pour ton site.
Jean-Mi
Posté par
le 05/02/2010
A Hypolaïs
POUDRE D’OISEAUX



Sur la branche les voyages
se rassemblent et s’emplument
Enfin palpite un nid
où le ciel couve sa part de sang


*


Tout va bien
les miettes de fraternité tourbillonnent
Aussi peut-on voir le vent partager
le pain entre la pesanteur et les oiseaux


*


C’est quoi ce bruit ? Ca cogne ça cogne
Ne t’inquiète pas
ce n’est que la panique pointue
du rouge-gorge piégé par ma paresse


*


La blancheur fanatique
c’est ce cygne craché par une jeune banquise
cette pureté palmipède qui prêche
dans un désert de pages


*


L’aigle plane couleur d’orage dédaigneux
l’embrasement bêlant entre les serres
En bas la foule rassemble le chant
pour la célébration des foudres avachies


*


Autour du rire blessé
se resserre le cercle des busards
impatiemment gourmands de voyager
de l’évidence à la charogne


*


Impitoyables les rémiges de l’épervier
tranchent le temps naïf
La plaie saigne une intangible pluie
vitrioleuse de nostalgies


*


Perforant les paupières les martins-pêcheurs
sortent des yeux endormis
Dans chaque bec un rêve convulsif
agite encore l’agonie d’aimer


*


A un vertige épuisé
un vol sinueux de passereaux
entre les flaques de pesanteur
montrait la voie


*



Apaisement Repos
La femelle grèbe
menue conscience d’étang
balade sur son dos les remords nouveaux-nés














POUDRE D’OISEAUX



Sur la branche les voyages
se rassemblent et s’emplument
Enfin palpite un nid
où le ciel couve sa part de sang


*


Tout va bien
les miettes de fraternité tourbillonnent
Aussi peut-on voir le vent partager
le pain entre la pesanteur et les oiseaux


*


C’est quoi ce bruit ? Ca cogne ça cogne
Ne t’inquiète pas
ce n’est que la panique pointue
du rouge-gorge piégé par ma paresse


*


La blancheur fanatique
c’est ce cygne craché par une jeune banquise
cette pureté palmipède qui prêche
dans un désert de pages


*


L’aigle plane couleur d’orage dédaigneux
l’embrasement bêlant entre les serres
En bas la foule rassemble le chant
pour la célébration des foudres avachies


*


Autour du rire blessé
se resserre le cercle des busards
impatiemment gourmands de voyager
de l’évidence à la charogne


*


Impitoyables les rémiges de l’épervier
tranchent le temps naïf
La plaie saigne une intangible pluie
vitrioleuse de nostalgies


*


Perforant les paupières les martins-pêcheurs
sortent des yeux endormis
Dans chaque bec un rêve convulsif
agite encore l’agonie d’aimer


*


A un vertige épuisé
un vol sinueux de passereaux
entre les flaques de pesanteur
montrait la voie


*



Apaisement Repos
La femelle grèbe
menue conscience d’étang
balade sur son dos les remords nouveaux-nés














Hypolaïs Polyglotte
le 07/02/2010
merci pour ces quelques plumes!!
Quel bonheur!

J'aime beaucoup ce que tu as rendu de ces instants (ah, la fulgurance de la forme brève!). Quels croquis plein de beauté!

Petit bijou poétique sur ma page de profil... j'en suis très honorée.

HypoPo
Jean-Mi
Posté par
le 16/02/2010
chat-huant
Me posant un instant sur ma branche d'oiseau nocturne, je viens de lire ce que "bon courage" t'a inspiré, texte auquel je tiens d'autant plus que la première fois que je l'ai dit publiquement, c'est une cinquantaine d'élèves de troisième qui l'a chaleureusement accueilli. Ainsi nos jeunes oiseaux ne finiront pas tous en basse-cour. Les hérons cendrés, ces nobles incongrus, reviendront bientôt à La Verrière, et, comme d'habitude, mes jumelles ne trouveront pas leur nid...
Jean-Mi
Posté par
le 14/03/2010
Merci Hypo
pour ton petit mot d'hier.

Je te confie mes bergeronnettes avant leur retour.

-Au matin, mon mur met au monde deux bergeronnettes grises; sa part craintive s'envole en elles. Le reste perpétue pierreusement la séparation, mais la séparation indulgente, celle qui ménage une chance de transparence à la hauteur. La meulière et le ciment indiquent le passage paradoxal. Côté pelouse les pas sont toujours nus, le vert porte l'immobile et le dépose au pied du mur. Alors le monde paresseux s'éprouve et se savoure éternellement matinal, apprend toutes les nuances, du blanc brûlant jusqu'au tranchant de l'ombre. Au dessus, la lumière s'offre toutes les décadences.


Avant tout franchissement le mur se longe. On grandit en chemin, versant parc versant cité, face jeu face peur; la ligne de vie progresse parmi les lézardes. Toute nouvelle ride se couvrira de lierre.


Comme le front, le mur est une mémoire de palpations, côté paume côté honte, chaleur fièvre chaleur hors saison. La pluie au bout des doigts touche la chute, les branches au fond des yeux touchent le temps, jusqu' aux nuits où le mur suivait la poudre d'enfant somnambule.


Aux moments les plus rugueux, se souvenir calcine des continents de mousse. La nostalgie c'est leur dérive. Pour toujours une petite fille y rythme de la main de compter, les yeux fermés, pour que les cachettes s'enracinent.


Si l'on chemine au long du mur, on s'arrête toujours là où le portail s'impose, métal clos et nocturne à jamais. Seuls des chuchotements de rouille attestent qu'il n'est pas que silence: il fut lui aussi passage, aux temps où je croyais encore aux crimes facétieux.





Hypolaïs Polyglotte
le 15/03/2010
merci pour le merci
Toujours aussi belles tes traces des cris (-ture), ça donne envie de refourrer son bec dans la toile d'exionnaire.

...c'est qu'au printemps, les oiseaux ont tout à reconstruire et ça prend du temps!

HypoPo
Jean-Mi
Posté par
le 01/02/2011
Merci de votre gentille visite. Je réagis avec un peu de retard: j'ai aussi froid que les piafs... mais ne suis pas doté des mêmes plumes. A ce propos, les quatrains relatifs aux oiseaux que je vous ai jadis adressés viennent d'être édités dans un ensemble plus large.

Amicalement,

Jean-Michel
Hypolaïs Polyglotte
le 02/02/2011
et en primeur sur ExionnAire
quelle belle nouvelle ! ils sont très jolis et ils avaient bien besoin de se poser sur une feuille, pas facile pour les mots d'zoiseaux d'être toujours en migration, entre deux courants d'air!

amicalement (vôtre) : c'est mon côté James Bond...
HypoPo
Posté par
le 08/02/2011
Bonjour,
Je suis tombé sur votre profill qui ne laisse aucun doute sur votre grande richesse culturelle. Toutes mes félicitations !
Néanmoins, la seule chose que je regrette un tout petit peu, c'est que lors de votre passage sur le mien, vous n'avez pensé à donner aucun coup de marteau à l'oeuvre elle-même. C'est domage ! J'attends des propositions techniques pouvant faire avancer la poésie, comme vous faites ailleurs avec tant d'éloquence. Ne pensez-vous pas que votre aide peut m'être très utile à ce niveau ? Quoiqu'il advienne je vous souhaite une bonne continuation dans votre combat pour faire renaître la poésie de VOTRE nation. Cette fois pas de problème avec l'adjectif possessif !

Dans l'espoir de vous lire, je vous dis à bientôt.

Cordialement,
Franck Doristil
Posté par
le 09/10/2011
un regal de lire votre profil,
et votre pseudo m'a permis de m'envoler

j'aime l'idée de voler , oiseau étant pour moi de l'icarisme à mediter
au même titre que faire du velo avec un derailleur complice qui vous mene ailleurs
Hypolaïs Polyglotte
le 09/10/2011
Justement, j'adore le vélo !
Jean-Mi
Posté par
le 20/10/2013
ornithorage
ornithorage

Etant au monde, et le monde étant absurdement violent, seule la violence me renaïtra. Je ne parle pas de violence gratuite, de violence vaine, je donne des graines à la possibilité d'être juste, c'est-à-dire révolté ; ce qui nourrit (je l'espère) de furieuses colombes.
Ajouter un commentaire

eXionnaire est enfin de retour sur Facebook :

Rejoignez-nous sur Facebook

Quoi de beau
sur le réseau ?

Bienvenue Le mérite !Il y a 1 jour
gelamboo aime lire Henri Michaux.Il y a 5 mois
carrental a commenté le profil de carrental.Il y a 6 mois
malouino et Nalon se suivent.Il y a 6 mois
voir toute l'activité

Et sur le reste du site …

Guetapens a commenté la partie BEST Partie 2 sur 3.Il y a 5 heures
Le mérite déteste le mot PUT.Il y a 1 jour
Le mérite aime le mot DIEU.Il y a 1 jour
camillem a joué la partie Mercredi 20 juillet 2016.Il y a 1 jour
Swebble a commenté le mot EXON.Il y a 2 jours
addictionnaire a rajouté le mot °SURVIVALISTE°.Il y a 3 jours
Nouvelle image pour rébus : tonne.Il y a 3 jours
?

Conception du site :

nüweb - sites écologiques